Prêt pour l’Internet des objets

Créez vos propres appareils IOT et exploitez la technologie d’échange de données des logiciels de D-One grâce aux composants développés en Python.

Grâce au développement des bibliothèques en python pour l’échange de données il est possible d’utiliser les systèmes linux pour l’iot pour quoi que ce soit. Voulez-vous enregistrer les données météo? L’humidité des plantes, la présence des vos employés sur le chantier ? La limite est seulement votre fantaisie. La potentialité du système est de créer sa propre infrastructure de collecte de données avec des coûts vraiment abordables en faisant gérer les partages des données par le système de D-One.

Raspberry pi zéro

Avec l’utilisation de micro-ordinateurs Raspberry il est possible de créer véritables machines linux pour gérer les données du logiciel de D-One. Il est possible de créer micro-serveurs de sauvegarde afin de pouvoir sauvegarder quotidiennement vos propres données. Étant donné que ces ordinateurs ont déjà le module wifi et bluetooth, il peuvent être vraiment insérés dans n’importe quel contexte. Ils possèdent en plus une complète gpio et il est possible d’interfacer le système de D-One avec des capteurs électroniques afin de pouvoir extrapoler et envoyer au cloud tous les types de données. Vu le coût abordable de ce hardware il n’est pas nécessaire de créer des centaines de pièces pour réduire les coûts. Il est possible de créer et développer aussi un seul échantillon.

Ci-dessous vous allez trouver deux exemples d'utilisation que D-One a développé en utilisant cette technologie et le système cloud. La caractéristique commune à ces deux systèmes est celle de collecter et de stocker les données hors ligne aussi et après les envoyer dès qu’une connexion est disponible.

SYSTÈME DE RELEVÉ DE PRÉSENCES EN CHANTIER

Le projet a abouti à la création d’un outil pour le relevé sur terrain de présences des employés dans les chantiers et dans les zones de travail non fixes. L’outil, à travers l’étiquette RFID, marque l’heure d’entrée et de sortie des préposés de zones de travail spécifiques en enregistrant les informations à l’intérieur. En plus avec une connexion wifi ou avec un smartphone les données stockées seront envoyées au serveur central pour être élaborés et visionnés.

L’analyse de la concurrence a trouvé un seul marqueur de présences avec des coûts très élevés tant en ce qui concerne l’hardware, la gestion des logiciels et des applications pour smartphones. Vu notre clientèle cible, nous avons envisagé de créer un outil avec des coûts abordables et avec des caractéristiques qui permettent l’utilisation

Les objectifs ont été:

  • Garder un prix bas de l’hardware en utilisant des composants électroniques standard facilement disponibles sur le marché afin que, si nécessaire, les clients puissent y effectuer des entretiens.
  • Pouvoir utiliser le marqueur de présences partout, même sans aucun type de connexion au réseau, y compris la présence d’éventuels responsables. L’utilisation de l’étiquette RFID par le personnel permet en plus de l’utiliser dans des conditions extrêmes vu que aucun autre téléphone est nécessaire pour l’utiliser. Le seul téléphone que sera utilisé sera au moment du téléchargement des données pour l’envoi au serveur, si nécessaire.
  • Que l’outil ait une batterie à l’intérieur afin de permettre son utilisation partout et que l’alimentation soit identique à celle des smartphones en permettant d’utiliser les alimentations et banques d’alimentation présents sur le marché.
  • Permettre de choisir entre différentes configurations pour mieux adapter l’outil à vos exigences. Les configurations actuellement possibles sont les dimensions de l’afficheur, s’il est étanche, s’il possède la localisation GPS et un module gprs est intégré.
  • Rendre impossible la saisie de données falsifiées, en effet les applications sur smartphone qui enregistrent le point GPS de l’opérateur peuvent facilement être contournées en modifiant les coordonnées avec des applications spécifiques.
  • Recevoir et utiliser les données à la fois par le logiciel de gestion D-One et par des autres logiciels à travers des systèmes d’import export ciblés. Cela permettra aux clients d’utiliser leur infrastructure informatique actuelle sans avoir forcement à la changer.
  • Possibilité avec D-One de réaliser des vérticalisations ciblées pour adapter complètement le fonctionnement de l’outil aux besoins du client.

Comme hardware de base a été sélectionné le micro-ordinateur raspberry pi zéro. Ce système est célèbre pour être utilisé comme une plate-forme de base pour projets IoT, pour la dimension réduite et pour le coût vraiment abordable. Connecté à ça, un viseur lcd, un lecteur rfid et une batterie ont été ajoutés. Dans les versions plus évoluées ont été intégrés un module GPS pour l’enregistrement du point et un modem gprs pour la transmission directe des données en temps réel.

Tout le logiciel intégré a été écrit en python en permettant ainsi un niveau de personnalisation complet. En effet ici apparaît la première différence essentielle avec les autres marqueurs de présences que par principe ne sont pas des ordinateurs et donc ils sont limités dans les fonctions décidées lors de la conception. Notre marqueur de présences, en mettant en place un véritable ordinateur linux, il permet de réaliser tout élargissement pour toutes les exigences.

Même s’il est possible avec le module gprs de transmission, pour réduire les coûts et surtout pour rendre le système complètement autonome, toutes les données sont stockées à l’intérieur du marqueur de présences. Donc pour le transfert de données il y aura deux modèles précis:

  • Le premier système de transmission de données se fait par l’utilisation du wifi. Dés que le marqueur de présences relève un accès au réseau, il envoie les informations de manière autonome au serveur en téléchargeant les données actualisées éventuelles. De cette façon le marqueur de présences peut être gardé sur le champ Tout le jour et une fois terminée la journée de travail il sera reporté à l’endroit où il effectuera la synchronisation.
  • Le deuxième système est avec une application spéciale à installer sur le smartphone qui dialoguera avec le marqueur de présences à travers le protocole de transmission Bluetooth. L’application interrogera le marqueur de présences en recevant les données qu’elle enverra à son tour en utilisant la connexion internet. Même dans ce cas, si le smartphone n’a pas une connexion, il enverra de manière autonome les données récupérées du marqueur de présence automatiquement au serveur dés qu’une connexion internet sera disponible.

Les deux systèmes de transmission de données seront présents sur le marqueur de présences pour permettre la couverture la plus large possible.

Les données seront stockées dans un serveur cloud de manière qu’elles peuvent être utilisées par le logiciel de gestion D-One et par les spécifiques applications qui échangeront ces informations avec le logiciel de gestion de l’entreprise.

Pour ceux qui n’ont pas la nécessité d’un logiciel de gestion il sera disponible aussi un portail web où gérer les opérateurs et afficher le données d’accès pour offrir une solution autonome complète.

Il sera développée aussi une application client pour les opérateurs afin de permettre à ces derniers de visualiser et de vérifier leurs entrées dans les différents zones de travail.

Actuellement plusieurs prototypes ont été réalisés pour être utilisés pour tester les possibles points critiques et pour montrer aux clients potentiels les différentes caractéristiques et potentialités du système. Les clients potentiels sont en train de réagir de manière positive au marqueur de présences. Surtout parce qu’il s’avère être un objet sur lequel une gestion directe n’est pas nécessaire et il est complètement autonome pendant l’usage quotidien. La partie où les questions se concentrent est sur la gestion des données vu que, étant encore en cours de développement, il n’est pas possible de la montrer explicitement.

Le développement se concentre sur la partie logiciel du système et sur la partie bureaucratique pour l’acquisition des marques et des permis pour pouvoir commercialiser l’objet.